Quand les demandeurs de logements optent pour le suicide collectif

617

B.Rahmane

Les jours se suivent et se ressemblent pour la wilaya de Sidi Bel Abbès notamment pour les responsables locaux qui se trouvent malmenés par ces formules de distribution de logements à caractère social. La demande pend progressivement de l’ampleur et l’efficacité de distribution est entachée de nombreuses carences. Les distributions sont souvent suivies par des contestations des citoyens, avec des pneus brulés, des routes barricadées pour arriver à leurs fins. Le citoyen obnubilé par un logement gratuit ne recule devant rien pour assouvir ses exigences. Des facteurs qui semblent ne plus faire peur aux décideurs du secteur d’habitat poussent les contestataires à opter pour autre novelle tactique celle de l’offensive soit celle du suicide collectif, un moyen efficace qui exerce directement et très vite une forte pression sur les décideurs de wilaya de telle où parfois cette démarche est porteuse de résultats probants . Les exemples sont légions, notamment après la tentative du suicide du jeune demandeur au niveau de la cité de la route de Zerouala qui s’est immolé par le feu et qui a reçu un logement par le wali en guise de compassion avec sa famille et de solidarité.

Ce geste du wali pour certains a été mal interprété pour la simple raison qu’il est devenu un accès des plus faciles à la satisfaction de leurs attentes. Ce qui a encouragé d’autres régions de la Mekarra à opter pour cette stratégie. D’ailleurs récemment ce sont la localité de Sidi Lahcene puis celle de Bouiche relevant de la daïra de Tenira distance d’une cinquantaine de km de la capitale de la Mekerra et hier ce fut autour de la ville de Sidi Bel Abbès qui ont vécu des scènes hitchcockiennes par le fait le suicide collectif s’érige en mode d’emploi facile à entreprendre . Des dizaines de personnes sont montées sur la toiture de la mairie de Sidi Bel Abbès et au vu et su de tous les passants ont mis leur vie en danger .Des menaces de chute d’en haut résonnent sous le regard du service sécuritaire combiné et de nombreux curieux qui endossent l’entière responsabilité à un système de distribution de logement jugé défaillant et suicidaire mettant dos au mur les autorités locales qui n’arrivent plus à quel saint se vouer , ni comment gérer à une équation injuste basée sur une forte demande et un faible quota .Pour ainsi dire qu’il est impératif de revoir ce système social faute de quoi ce sera un drame qui se trame petitement mais dangereusement .Comme pour émettre un avis , un souscripteur à la formule AADL nous dira « c’est aberrant et injuste de voire cette situation alors qu’en dépit de notre participation financière , nous continuons de patienter depuis des années sans voir le bout du tunnel alors que d’autres aidés par la chance sociale bénéficieront des logements bien garnis dans des délais raisonnables. Si cela persiste, sans doute, nous, souscripteurs opterions pour cette voie moins fatigante, celle des menaces, conclura-t-il.