Jalil M.

En chômage depuis la décision de la fermeture des ports secs de la wilaya, plus de 400 travailleurs des sites privés, CMA-GCM, CATRAM et MTA situés au niveau de la zone industrielle d’Es-Sénia ont observé un sit-in hier devant le siège de la direction générale des Douanes. Les protestataires ont déploré leur marginalisation après leur mise en chômage forcé, eux qui étaient bien placés dans des postes CDI au sein de leurs entreprises respectives. « Ces ports secs ont été créés par la DG des Douanes en 2014, depuis tout marchait bien, jusqu’à cette décision subite de fermeture, qui nous a mise tous au chômage, on est des pères et des mères de familles on demande qu’on soit pris en charge par l’Etat, car on estime qu’il fallait étudier la situation des travailleurs de ces ports avant d’ordonner leur fermeture » nous dira Amine, l’un des extravailleurs de MTA. Qui ajoutera : « Le Président Tebboune a donné des instructions aux directeurs des ports des wilayas afin de rattacher les travailleurs du privé aux entreprises portuaires étatiques, chose qui n’a toujours pas été concrétisée ». La Direction Générale des Douanes (DGD) avait annoncé il y a une dizaine de jours l’achèvement des dernières procédures de fermeture des ports secs restants, dans le cadre de l’opération d’assainissement de ce secteur, entamée en juin dernier, suite à la décision du Président de la république de la fermeture de ces espaces pour entrave aux lois en vigueur. Les services de douanes au niveau de la wilaya d’Oran comptent 3 ports secs privés, qui ont tous été fermés par étapes, en raison du non-respect des normes et conditions requises. Les douanes algériennes œuvrent actuellement à la prise en charge des marchandises qui se trouvent dans ces espaces, une opération d’assainissement qui a atteint un “stade très avancé”. Au niveau de l’entreprise portuaire d’Oran (EPO) la situation est difficile à gérer avec l’entassement des containers qui étaient auparavant envoyés aux ports secs. Des procédures d’allègement des procédures ont été