Jalil M.

Après 15 jours de campagne en prévision des prochaines législatives pour élire les nouveaux représentants du peuple au sein de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), la concurrence bat son plein, dans la dernière ligne droite avant le silence électoral. Les panneaux réservés aux candidats commencent à se remplir, les salles réservées aux meetings ne désemplissent pas et les sorties médiatiques s’accumulent pour les 37 listes oranaises qui disputent les 17 sièges représentant la wilaya d’Oran à l’hémicycle de Zighout Youcef. En plus du nouveau mode de vote qui s’appuie sur le système de cochage d’un ou des candidats souhaités dans la même liste, la particularité de cette échéance est la présence en force des listes indépendantes, qui réunissent plusieurs cadres de la wilaya toutes catégories confondues. Une panoplie qui a attiré l’attention notamment avec l’activité des candidats libre, sur le terrain et avec des méthodes qui sortent de l’ordinaire. Une concurrence qui risque de déroger les partis politiques qui raflaient ‘’traditionnellement’’ la mise. C’est d’ailleurs la lecture de tous les observateurs qui suivent le déroulement de cette campagne pour les législatives. Ils affirment, en effet, que la composante du prochain parlement sera dominée par les candidats issus des listes indépendantes. Ces candidats qui sont des jeunes, entre médecins, fonctionnaires de l’Etat, membres de la société civile et autres…qui veulent casser ce monopole, tenter l’aventure, connaitre les rouages politiques et essayer de changer la donne en défendant l’intérêt des citoyens. C’est ainsi qu’ils veulent bousculer la hiérarchie et concrétiser la nouvelle approche des hauts responsables, dans un premier pas pour le passage du flambeau tant attendu.