J.M

Les résultats du scrutin du 12 juin dernier n’ont toujours pas été dévoilés officiellement, mais les premières prévisions font état que les deux partis MSP (Hamas) et le FLN se partagent la plupart des sièges. C’est un peu à l’image des prévisions nationales qui mettent ces deux partis dos à dos. D’ailleurs, les deux responsables Abderezzak Mokri et Aboul El Fadl Baâji multiplient les déclarations et les annonces de victoire. Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Mokri avait affirmé qu’en cas de victoire, sa formation politique visera à ancrer le principe de la liberté pour l’édification de l’Algérie nouvelle. Selon lui, “le MSP estime que la première étape de l’édification de l’Algérie nouvelle réside dans la liberté, à partir de ces élections couronnées par une Assemblée populaire nationale forte à même de représenter le peuple et défendre ses intérêts”. Évoquant les propositions de son parti pour traiter les questions liées au développement économique avec un nouveau mode qui ne compte pas sur le pétrole, mais sur l’exploitation des compétences et des richesses naturelles dont recèle l’Algérie comme le tourisme et l’agriculture. De son côté, le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Abou El-Fadhel Baâdji, a annoncé que son parti a beaucoup changé en ces deux dernières années, et que le processus électoral constitue un “élément-clé pour l’édification d’institutions fortes et crédibles en mesure de barrer la route aux partisans de la phase de transition”. M. Baadji a indiqué que sa formation politique, dont le sigle est “étroitement” lié à l’histoire de l’Algérie, oeuvre à “participer au processus d’édification de nouvelles institutions permettant l’émergence d’une économie forte et durable”.
A ce titre, le SG du FLN a indiqué qu’il n’était pas possible de “construire une économie forte sans des institutions fortes et une APN forte renfermant des cadres et des compétences qui veilleront au développement du pays à travers une législation respectant et défendant l’intérêt général”.