KAID OMAR

Ce n’est guère la gaieté ici dans la capitale de la corniche oranaise, en contemplant l’état lamentable qui caractérise les différentes places publiques, pour ne citer que celles les plus prisées, à l’image des places du 1er Novembre, plus connue sous le sobriquet de Belazreg, celle du 20 Août, ou place Echems ou encore la place Boukouirène, (Vessas), des sites de rassemblement populaire, transformées en véritables foyers d’insectes, mouches et moustiques, et dont les odeurs dégagées font fuir le plus domestique des animaux errants qui continuent à sillonner sereinement les principales artères de la ville, tout au long de la journée, sous l’œil insouciant des responsables du secteur. Tout comme il est à relever le manque d’études préliminaires avant même l’entame des travaux quant à la pose de luminaires et autres bancs publics, d’implantations de corbeilles d’ordures, comme accessoires incontournables à tout projet du genre et ainsi que le ravalement des bordures de trottoirs qui délimitent ces lieux publics. Sans faire, évidemment références à la mise en place d’espaces verts adéquats. A cause de l’insouciance, du laxisme et de l’incompétence des ex-élus et des responsables des services communaux, la cité balnéaire continue à crouler sous les décombres, le manque d’hygiène publique, un éclairage public défaillant et mal étudié, sans omettre de rappeler encore une fois les goulots d’étranglement de la circulation automobile urbaine, et bien d’autres désagréments dans la vie pratique quotidienne que subissent les riverains dans la principale station balnéaire de l’ouest algérien. Jusqu’à quand ? Pour les nostalgiques, et surtout pour les transitaires d’occasion ou touristes du dimanche, ces lieux publics sont les points de repère et de chute, inévitables ancrés dans la mémoire collective à travers la longue et tumultueuse histoire de la ville. En période estivale, c’est le grand rush de millions d’estivants avides de profiter des plaisirs paradisiaques de la “grande bleue”. Tout autant que les saisons précédentes, l’été 2021n’a pas dérogé à la tradition, se distinguant par une série de ratages pour offrir aux estivants des services élémentaires adéquats. Approchés par nos soins, un certain nombre d’élus siégeant à l’hémicycle communal, affirment se mêler et se démener, pour sauver ce qu’il y a à sauver. “Nous avons bonne intention” confient-ils.