Noredine B.

Le chef du département Info/Presse M. Mohammed Djadi nous donne un petit aperçu sur ce qui attend les professionnels de l’information durant les jeux méditerranéens 2022. Notre interlocuteur affirme que ça ne sera pas facile mais M. Djadi croit en son équipe.
En effet, Mohammed Djadi, journaliste professionnel en Algérie puis en France actuellement, connait bien les rouages du monde des médias. D’ailleurs, il nous confie : « Notre équipe de journalistes est consciente de sa tâche. Elle sait que la priorité est à la vigilance puis l’accueil et l’orientation, qui seront également des atouts non négligeables. Il est indéniable de souligner que chacun connait sa fonction. Les journalistes nationaux et étrangers seront bien pris en charge par nos soins et se sentiront à coup sûr à l’aise. Notre mission bien sûr est de donner une la meilleure image de notre pays. «Quand aux accréditations : « Les accréditations sont normalement prévues pour le 22 juin, vu que c’est un passage obligé. Une chose est sûre, les journalistes nationaux ou étrangers n’auront aucun problème pour faire leur travail convenablement. Le comité d’organisation a traité toutes les questions ».
-Y aurait-il des journalistes originaires de pays hors du bassin méditerranéen ?
« Oui, pour ne citer entre autres ceux en provenance des Etats-Unis d’Amérique, d’Arabie saoudite ou d’Angleterre. Vous savez que généralement le journaliste aime voyager et il est curieux de connaître comment se déroulent les jeux méditerranéens par exemple ».
-Et les relations avec la commission de la communication ?
« Vous savez que nous travaillons ensemble. Nous sommes un groupe soudé En un mot, nous formons un même groupe, dont l’objectif est la réussite des JM ».
-Pour conclure :
« Nous ferons tout pour que cette 19ème édition soit une réussite totale et une fête méditerranéenne. Nous savons que certains nous attendent au tournant mais le devoir national passe avant tout. Nous croyons dur comme fer à la réussite de ces JM ».