Linda Otsmane

Après une attente et des doutes, les premières pluies ont fait leur apparition à Arzew et ses environs, et ce à la grande joie de toute la population vivant dans des zones à vocation agricole. En effet, aux premières heures de l’aurore, une fine pluie a commençait à s’abattre pour s’amplifier au fil du temps et devenir plus importante au point de causer certains dégâts matériels. Des dégâts générés par les accidents de la circulation à cause de l’état de la chassée. En effet, ces pluies fines sont, selon des sources de la protection civile, les plus dangereuses et peuvent entrainer des répercussions graves sur la conduite. « A Arzew, la plupart les habitants se sont plaints du problème de l’infiltration des eaux pluviales à l’intérieur même de leurs bâtisses, notamment celles situées au Centre- ville, eu égard à la vétusté des immeubles dont la date de construction remonte à l’ère coloniale », apprend-on. La RN 11 a connu quelques problèmes qui ont perturbé la circulation, notamment sur le tronçon situé entre les communes de Gdyel et Bir El Djir. Les inondations signalées dans cette partie de la route sont dues à la situation géographique de la ville de Gdyel. « Les études de protection contre les inondations menées ont démontré qu’au niveau de cette commune, le curage des ouvrages d’assainissement n’a pas été effectué de manière optimale, vu que les réseaux d’assainissement n’ont pas été conçus pour la taille actuelle de l’agglomération. D’ailleurs,durant cette période des grandes averses, les eaux pluviales ne drainent pas suffisamment en raison de l’importance de la quantité de boue charriée par la pluie », dira un responsable du service technique de l’APC. Notons dans ce cadre que les mêmes études ont révélé la nécessité de l’introduction de 02 ceintures Est et Ouest de 08 km avec des bassins d’accumulation et des ouvrages de raccordement pour évacuer les eaux pluviales vers le lac Telmine. Au niveau d’autres communes comme Hassi Bounif et Ben Okba, ces premières pluies ont quand même eu le mérite de mettre à nu d’autres malfaçons qu’on ne peut apercevoir en temps normal. Il s’agit du revêtement des routes et des rues en bitume. Nous avons remarqué plusieurs affaissements au niveau des ruelles. « Cette dégradation a créé des trous béants visibles à l’œil nu et peuvent devenir dangereux pour les automobilistes en cas où ils ne sont pas pris en charge immédiatement par les services de la voirie », signala un habitant.