Kaid Omar

Comme de coutume, depuis l’avènement de l’élection du Président Tebboune à la tête de l’Etat, et à l’orée de chaque nouvelle année, des réunions d’évaluation et de perspectives du programme présidentiel font l’objet de travaux réunissant les commis de l’Etat, les walis en l’occurrence, et les membres du gouvernement. A l’occasion de la présente édition des travaux ouverte ce dernier jeudi, et dans son allocution d’ouverture, le Président Tebboune, a affirmé que l’année 2023 sera celle de tous les défis, dans tous les secteurs de la vie économique et sociale, privilégiant le développement local global, notamment par l’amélioration du cadre et niveau de vie du citoyen. Un objectif, auquel tous les walis et les membres de l’Exécutif, le gouvernement évidemment, doivent coordonner leurs violons pour l’amorce harmonieuse du développement local à sa base, dans les communes, dairas et wilayas. Et de là, axer tous les efforts sur la nécessaire prise en charge des préoccupations des citoyens, la priorité des priorités. Logement, emploi, diversification du financement local, où les chefs de l’Exécutif de wilaya sont appelés à plus d’initiative et plus d’audace dans les décisions de relance économique et des perspectives d’investissement local, tout en déblayant les entraves bureaucratiques, conformément au cadre juridique spécifique. Les mêmes responsables sont désormais astreints à privilégier la concertation avec les représentants du mouvement associatif, par citoyens interposés, tout autant que la prise en charge effective des soucis majeurs auxquels sont confrontés les jeunes, considérés à juste titre comme le garant de toute initiative. Chaque wali devra se vêtir du statut de ‘’chef de gouvernement dans sa wilaya’’. A ce titre, l’année 2023 est assimilée à l’année d’amorce de nouvelles perspectives de développement local global, où les encombrants problèmes d’AEP, d’électrification urbaine et rurale, de l’alimentation en gaz naturel, de santé publique, d’infrastructures de l’éducation, d’aires de jeux, de réseaux routiers archaïques, d’aménagement urbain, et des commodités des zones enclavées, seront à tout jamais bannis des préoccupations sociales, une année transition pour des horizons de modernité, de numérisation et de l’essor socio-économique, et d’encouragement à la responsabilisation des jeunes compétences à assumer la relève des sacrifices de leurs aînés. Les indices de croissance acquis les trois dernières années ne sont que le prélude à la mise sur orbite de nouvelles perspectives d’un rayonnement plus reluisant de tous les secteurs de la vie quotidienne.