Boualem. Belhadri

 Les responsables du secteur de l’environnement et des énergies renouvelables, ont procédé, ces jours-ci, à la réception des équipements de traitement du lixiviat à mettre en place au niveau du centre d’enfouissement technique (CET) de Sidi Ben Adda, réalisé dans les années 2000. Le lixiviat est un liquide qui se forme sous l’action conjuguée de l’eau de pluie et de la fermentation des déchets enfouis. Les eaux usées ménagères et industrielles, ainsi que les eaux pluviales finissent dans les décharges. La cérémonie de réception des équipements de traitement du lixiviat a eu lieu sur site en présence du S.G de la wilaya d’Ain Temouchent, et des représentants du ministère de l’environnement au niveau national et local. Y ont pris part à cette cérémonie, le directeur  et les travailleurs du centre d’enfouissement technique (CET) de Sidi Ben Adda. En effet, l’eau peut dissoudre ou ramasser des produits chimiques, des acides et des particules provenant des matériaux d’enfouissement. Le lixiviat peut contenir des composés organiques dissous, des solides en suspension, divers acides, des métaux toxiques et des micro-organismes pathogènes. En effet, le lixiviat des décharges est une source importante de pollution pour l’environnement. En plus de contenir des polluants organiques, le lixiviat peut contenir des polluants inorganiques tels que des métaux et des sels ; micro-organismes; et les parasites, les virus et les bactéries pathogènes. Ces contaminants peuvent se propager rapidement aux sources d’eau à proximité si le lixiviat pénètre dans les puits locaux ou les eaux souterraines. Aujourd’hui, la réflexion est de pouvoir choisir un autre site à même d’allonger la durée de vie de l’actuel CET qui tend à se remplir. Tous les regards des écologistes sont braqués sur cette problématique. Et d’emblée il y a lieu de trouver les moyens financiers pour la réalisation des extensions qui devraient faire l’objet d’une étude.