Le Commissaire aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, Noureddine Yassaa, a affirmé mardi à Alger, que plusieurs mesures ont été prises en vue de concrétiser la stratégie nationale du développement de l’hydrogène vert et pour faire de l’Algérie un centre régional de production et d’importation de cette énergie et de ses dérivés.Invité de la Radio nationale, M. Yassa a précisé : “nous veillons à faire de l’Algérie un centre régional, en œuvrant à concrétiser la feuille de route du développement de l’hydrogène, notamment en créant de nouvelles filières dans ce domaine au niveau des secteurs de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle, ainsi qu’un plan de réalisation de quatre projets pilotes avec des partenaires étrangers”.
Il a également indiqué qu’il existe des programmes de formation avec des agences internationales en vue de former les compétences algériennes dans le domaine du développement de l’hydrogène vert.Il a souligné à ce propos que l’Algérie a actuellement une vision claire pour le développement de l’hydrogène vert et que tous les rapports indiquent qu’elle possède un plan et un programme pour développer cette énergie, outre les autres avantages dont elle dispose dans ce domaine.Il a affirmé que “l’enjeu est désormais de produire l’hydrogène vert et ses dérivés à l’instar de l’ammoniac, utilisé dans la fabrication d’engrais au moindre coût”, ajoutant que le développement des énergies renouvelables s’inscrit également dans le cadre du développement de l’économie nationale.
Par ailleurs, M. Yassaa a souligné que la stratégie nationale dans le domaine de la transition énergétique reposait sur l’efficacité énergétique, la sobriété énergétique, le développement des sources d’énergie renouvelable et la promotion de l’hydrogène vert, ajoutant que “la maîtrise de l’utilisation et de la consommation d’énergie est une priorité, étant donné qu’il y a une augmentation de la consommation chaque année, notamment dans les secteurs de l’urbanisme, des services, des transports et de l’industrie”.Tous les efforts visent à stabiliser la consommation et à accélérer la concrétisation des projets d’énergies renouvelables afin de réaliser un équilibre entre les énergies renouvelables et les énergies fossiles, outre le développement de l’hydrogène vert, a-t-il ajouté.Concernant l’utilisation de l’énergie solaire dans l’éclairage public, le même responsable a indiqué qu’à travers l’évaluation effectuée par le CEREFE, il a été constaté “un grand développement dans le domaine de l’éclairage public utilisant l’énergie solaire, avec plus de 125.000 éclairages publics fonctionnant à l’énergie solaire réalisés au niveau national”.