Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a affirmé, samedi à Tizi-Ouzou, la poursuite des efforts de l’Etat afin de raccorder tous les foyers au niveau national au réseau d’électricité.
En marge de sa visite de travail dans la wilaya de Tizi-Ouzou, M. Arkab a précisé que les efforts sont focalisés sur le raccordement de tous les foyers au réseau d’électricité notamment les nouvelles habitations notamment celles construites dans le cadre des programmes d’aide au llogement rural, promus par l’Etat dans les régions montagneuses comme Tizi-Ouzou.
Le ministère de l’Energie et des Mines, dont les efforts “accompagneront” le développement, s’attèlera, a-t-il dit, à raccorder tous les foyers où qu’ils soient au niveau national au réseau d’électricité, en application des instructions données par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune pour l’élaboration d’une feuille de route à réaliser en un court laps de temps.
La wilaya de Tizi-Ouzou compte 24.000 foyers non-raccordés à l’électricité qui seront pris en charge en fonction d’un plan arrêté en collaboration avec les services de la wilaya.
Le ministre a fait une halte dans la localité de Chaoufa (Commune de Mekla) où il a inauguré un transformateur d’une capacité de 30/60 KV réalisé par la Sonelgaz.
Dans la commune de Zekri, M. Arkab a procédé à la mise en service du réseau de gaz naturel au profit de de 2.072 foyers dans le cadre d’un programme couvrant les communes de Ait Chafaa, Akerrou et Zekri.
Concernant la commune de Ait Chafaa, la seule à Tizi-Ouzou non alimentée en gaz naturel, M. Arkab a annoncé qu’elle sera raccordée durant le premier semestre de l’année 2024.
Dans la commune de Sidi Namane, M. Arkab a posé la première pierre du projet de réalisation d’un transformateur électrique d’une capacité de 60/220 KV, dans le cadre du programme de renforcement du réseau national d’énergie électrique, affirmant que le projet “contribuera à renforcer le réseau électrique de la wilaya de Tizi Ouzou, à assurer l’alimentation en électricité aux citoyens et à satisfaire les besoins de différents domaines de développement dans la région, et ce dans le respect des délais de livraison impartis”.
Dans la station-service de Boukhalfa (commune de Tizi Ouzou), le ministre a donné le coup d’envoi de la 10e édition de la caravane nationale de sensibilisation à l’usage sûr des bonbonnes de gaz butane.
A cette occasion, il a écouté un exposé sur le projet de transformation numérique et de E-paiement au sein de Naftal, mais aussi les projets lancés par cette société dans le but de développer et de moderniser la gestion de ses infrastructures, ses différentes applications et ses plateformes numériques.
Dans un autre exposé sur les mesures en prévision de la saison hivernale, les statistiques indiquent une augmentation du stock de Gaz de pétrole liquéfié (GPL) non conditionné à 80% des capacités disponibles et à 100% pour le gaz butane conditionné, soulignant la mobilisation de 2.598 unités de transports, soit des camions et des citernes.
Selon ces statistiques, la consommation nationale quotidienne de bonbonnes de gaz butane a atteint 280.000 contre une capacité de production de 600.000 bonbonnes par jour.
Le ministre a également mis l’accent sur “l’impératif de redoubler d’effort pour assurer tous les produits pétroliers à travers les différentes wilayas du pays, notamment dans les régions isolées”.
Par ailleurs, M. Arkab a annoncé qu’un projet de révision de la distance de sécurité autour des réseaux électriques et gaziers est en cours au niveau du ministère de l’Energie et des Mines.
Le ministre a indiqué que cette révision intervient suite aux instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, pour “revoir les distances de sécurité autour des réseaux énergétiques afin de lancer les projets qui sont bloqués en raison de cette mesure visant à protéger les installations énergétiques”.
Le ministre a expliqué qu'”il ne faut ne pas rester figé sur des textes anciens qui n’ont plus lieu d’exister”, indiquant que son département travaille sur ce dossier “tout en gardant la sécurité de l’homme, des équipements et de l’environnement, comme objectif”.
Cette révision du périmètre de sécurité autour des installations énergétiques, variant selon le type d’énergie (électricité ou gaz) et de la zone de servitude (rurale, urbaine, à proximité d’autres infrastructures), “permettra de régler pas mal de situation restées sans autorisations, le but essentiel de cette démarche étant la création d’emplois et de la richesse”, a-t-il dit.