Boualem. Belhadri

Les bénéficiaires de l’allocation chômage, sans qualification, occupent présentement une place importante dans la stratégie de développement des secteurs de l’emploi, de la formation et de l’enseignement professionnels dans la wilaya d’Ain Temouchent. Ainsi la rentrée scolaire de la formation et l’enseignement professionnels du 25 février 2024 a consacré 1165 places pédagogiques réparties sur 12 centres de formation, dont l’un est destiné aux créneaux des spécialités assez complexes telles que le dessalement d’eau de mer, la pisciculture en eau douce et la fabrication de fromage à l’aide de lait de chèvre, ainsi que la transformation des plantes oléagineuses en huile de table et autres graisses. Ces nouvelles recrues ont commencé à percevoir le nouveau fixe de l’allocation chômage évaluée à 15 mille dinars à partir de janvier 2024. A l’échelle nationale, ils sont plus de 141 mille bénéficiaires concernés par l’allocation chômage. Un chiffre annoncé en octobre dernier par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Fayçal Bentaleb « dans le but d’augmenter le taux d’employabilité chez cette catégorie ». En matière de spécialisation dans le domaine du dessalement d’eau de mer, une convention cadre aurait été signée entre le secteur de la formation et la société Benisaf water Company (BWC) établie à Chatt El Hilal, dans la wilaya d’Ain Temouchent. Il est à rappeler que plusieurs stagiaires universitaires ont été formés auparavant par la dite entreprise. Celle-ci produit 200 mille mètres cubes d’eau épurée par jour, un volume réparti entre les wilayas d’Ain Temouchent et d’Oran. Dimanche dernier, M. Belouadi, le chef de service de la direction de la formation et l’enseignement professionnels, chargé des nouvelles techniques de digitalisation avait indiqué « que le secteur adoptera les nouvelles plateformes numériques » en plus « d’adopter la délivrance du premier certificat numérique en cohérence avec le slogan « Zéro papier » comme la si bien mentionné le ministre Merabi.