La Garde Civile espagnole a annoncé la saisie  de plus de 4.400 kilos de haschisch en provenance du Maroc, dans le port de  Motril à Grenade (sud).  La drogue était dissimulée dans deux doubles fonds de toit des  semi-remorques de deux camions, a indiqué la Garde Civile sur son site  internet, relevant que les deux chauffeurs des camions venus du port  marocain de Tanger-Med ont été arrêtés comme auteurs présumés d’un délit de  trafic de stupéfiants. La “Guardia Civil” espagnole qui a dévoilé les détails de son opération  ayant mené à cette saisie a précisé que les agents de la section des impôts  et des frontières, étaient en train d’inspecter les véhicules débarquant du  navire Volcan de Tauce, en provenance du port Tanger-Med lorsqu’ils ont  détecté un possible double fond sur le toit des semi-remorques de deux  camions frigorifiques. Les enquêteurs ont constaté que le toit des deux semi-remorques était plus  solide que d’habitude.  Ils ont alors déplacé les camions jusqu’au point d’inspection  phytosanitaire du port pour procéder à un examen plus exhaustif des deux  véhicules et ont découvert que les deux semi-remorques avaient un double  fond sur tout le toit. Ces doubles fonds étaient constitués de 72 tiroirs métalliques contenant  de nombreuses tablettes de haschisch compactées au silicone, d’une couche  de plâtre et du toit de la semi-remorque, ce qui rendait leur extraction  extrêmement difficile.  Une fois le haschich extrait, le premier camion pesait 2.123 kilos et le  deuxième camion, 2.290 kilos. Dans son rapport annuel, le Département espagnol de la sécurité intérieur  a indiqué que les réseaux de criminalité organisée profitent de la grande  vitesse des bateaux de narcotrafic pour acheminer des stupéfiants par voie  maritime, ce qui a mené au lancement en 2018 du plan spécial de sécurité  pour le Campo de Gibraltar, qui a augmenté le rayon d’action.  “Les routes de distribution du haschich du Maroc vers l’Espagne ont été  détournées vers les côtes valenciennes, baléares et catalanes, pour éviter  l’action de la police”, souligne le document. Le Maroc est toujours cité quand il s’agit de trafic de drogue et d’êtres  humains vers l’Europe, notamment depuis l’Espagne. Vendredi dernier, la Gendarmerie espagnole a annoncé avoir démantelé un  réseau de trafiquants qui acheminait du haschich depuis le Maroc jusqu’en  Espagne par des hélicoptères volant de nuit et à basse altitude. Deux hélicoptères ainsi que près de 800 kg de haschich avaient été saisis  lors de l’opération, et neuf personnes ont été arrêtées dont “deux pilotes  experts en vols nocturnes et à basse altitude”. Le rapport mondial sur les drogues 2022, publié par l’Office des Nations  unies contre la drogue et le crime (ONUDC), avait indiqué que le Maroc  était toujours à la tête des principaux pays d’origine et de départ de la  résine de cannabis, ce qui fait du royaume le premier producteur et  exportateur mondial de cette drogue.  La culture du cannabis représente ainsi la plus importante source de  devises dans l’économie du pays.  Et le rapport 2023 de l’ONUDC a relevé que le développement des  itinéraires de la cocaïne vers et à travers le Maroc pourrait avoir été  “facilité par des itinéraires de longue date pour le trafic de résine de  cannabis vers l’Espagne”.