Meriem B

Les habitants de la wilaya d’Oran peuvent enfin espérer dire adieu aux coupures d’eau et aux pénuries qui rythment leur quotidien depuis des années. En effet, le projet de dessalement d’eau de mer de Cap Blanc, situé dans la commune d’Aïn El Kerma, avance à un rythme soutenu et devrait être achevé dans les délais soit décembre 2024.
Lors d’une visite, avant-hier mardi, sur le chantier, le wali d’Oran, Saïd Sayoud, a confirmé la bonne marche des travaux et a réitéré l’engagement des autorités nationales et locales à faire de ce projet une réussite. « Les travaux avancent selon les délais impartis », a-t-il déclaré. « Les autorités nationales ont mis le paquet et ne lésinent pas sur le déploiement des moyens humains et matériels nécessaires à la réalisation de ce projet d’envergure. » Il a également salué la mobilisation des autorités locales qui « veillent à fournir ces moyens dans les délais et à éliminer toutes les entraves administratives et autres qui pourraient ralentir la cadence des travaux. » Le projet de dessalement de Cap Blanc, d’une capacité de 300.000 m3/jour, permettra de répondre aux besoins en eau potable de la wilaya et de mettre fin à la pénurie qui affecte la région depuis de nombreuses années. Cette infrastructure vitale contribuera également à l’amélioration de la qualité de vie des habitants et au développement économique de la région.

Le projet Cap Blanc avance à un rythme soutenu

La réalisation de ce projet s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par les autorités nationales pour garantir l’accès à l’eau potable à l’ensemble de la population. Le gouvernement a, en effet, lancé un vaste programme national de développement des infrastructures hydrauliques visant à augmenter la production d’eau potable et à améliorer la distribution du réseau. Avec le projet de dessalement de Cap Blanc, Oran se dote d’un outil précieux pour assurer la sécurité hydrique de son territoire et garantir un avenir meilleur à ses habitants. Le wali, satisfait du rythme des travaux, a annoncé que la station entrera en phase de test dès octobre 2024, avec une réception finale prévue pour décembre de la même année. La construction des structures et des bâtiments de la station affiche un taux d’avancement de 75% (génie civil), confirmant une progression satisfaisante des travaux. Ce projet d’envergure, concrétisant l’engagement du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à solutionner le problème d’approvisionnement en eau potable, permettra à la wilaya d’Oran de se libérer durablement de cette contrainte. Lors de sa visite, le wali a également inspecté le deuxième volet du projet, situé à Aïn Tassa (commune d’Aïn El Kerma), qui comprend la réalisation de deux réservoirs d’eau d’une capacité de 50.000 m3 et 30.000 m3, ainsi que des canalisations de liaison sur une distance de 48 km à partir de la station de dessalement de Cap Blanc.

Les compétences algériennes en phase de relever le défi

Le wali a tenu à saluer les efforts des responsables et des travailleurs des entreprises réalisant les différentes installations de ce projet stratégique, mené à 100% par des compétences algériennes. Il est à rappeler que le projet de la station de dessalement d’eau de mer de Cap Blanc, dont la première pierre a été posée par le Président Tebboune en juin 2022, est supervisé par des filiales du groupe Sonatrach, à savoir la Société algérienne de l’énergie (AEC), l’Entreprise nationale du génie civil et du bâtiment (EGCB), l’Entreprise publique des grands travaux pétroliers (EGPTR), et le groupe COSIDER.