L’AS Castors n’a pas pu tenir le coup dans le championnat d’Excellence de handball (dames), après avoir perdu sa place parmi l’élite dès sa première expérience dans ce registre, “à cause des moyens limités” de ce club oranais, a indiqué à l’APS, mercredi, son président Abdelkrim Bendjemil. “On s’y attendait à ce triste sort au cours d’une saison très compliquée sur tous les plans. Les moyens limités de notre club ne nous ont pas permis de résister plus d’un exercice parmi l’élite”, a regretté l’ancienne star du jeu à sept algérien. Outre l’aspect financier, l’AS Castors, un club fondé il y a de cela huit ans, a fait également face à un manque en termes de moyens pédagogiques, a souligné son premier responsable. “On s’entrainait dans des conditions difficiles, vu que les sites d’entrainement ne nous étaient pas tout le temps disponibles. Ajouter à cela, le manque d’expérience de nous joueuses, car nous avons évolué parmi l’élite avec le même effectif qui a réussi l’accession et composé de joueuses très jeunes”, a-t-il encore expliqué. La formation oranaise -poursuit Bendjemil- n’a pas aussi réussi à se renforcer en vue des Play-down, contrairement aux autres équipes engagées dans ce tournoi et qui ont eu recours aux services de joueuses d’autres clubs à titre de prêt, ce qui a fait la différence, lors des derniers matchs de la saison. Seul réconfort pour l’AS Castors : deux joueuses de cette équipe viennent d’être convoquées en sélection nationale des moins de 20 ans, qui s’apprête à disputer, dans les prochains jours, le Mondial de sa catégorie. “Cela prouve que nous avons du potentiel dans notre effectif, sauf que les moyens n’ont pas suivi. Notre club sera d’ailleurs incapable de conserver ses meilleurs joueuses en vue de la saison prochaine, car elles sont la cible des gros bras de l’élite”, a regretté Bendjemil, qui a, au passage, annoncé ne pas briguer un nouveau mandat, après l’expiration, cet été, du mandat olympique actuel.