Djamila.M

La Faculté des Sciences sociales de l’Université d’Oran a discuté, hier, les deux premières soutenances de mémoires, spécialité Master en entreprise-émergente, en tant que diplôme universitaire et ce, en vertu de la décision ministérielle n°12-75 pour l’année universitaire 2023.2024. Des projets, dont l’apport reste significatif chez les professionnels de la psychologie et du domaine de la santé mentale dans son ensemble.
C’est ainsi que les mémoires de fin d’études des étudiants Fourkane Houari et Benali Lamia, du département de psychologie et d’orthophonie, porteurs des projets-programmes « M.PSY SUPPORT », un programme d’aide au diagnostic à distance destiné aux psychologues cliniciens, sous la supervision de la professeure Malika Meharazi. Les étudiants ont décroché une note de 19 sur 20, devant un jury composé du Professeur Bensaleh Nawal, Président du Comité et représentant de l’incubateur d’entreprises de l’Université d’Oran 2, du Dr. Malika Mehrazi, du Professeur Kourdani Khadija, du Dr. Boutouil Khadidja (spécialiste d’orthophonie) et représentante du partenaire économique. Le programme en question, très innovant, est basé sur l’IA. Son but est d’améliorer les diagnostics en fournissant des données précises qui aident au choix du traitement, appuie les statistiques en fournissant une vision précise basée sur des données dans un court laps de temps et vise à réaliser des progrès qualitatifs en psychologie et le développement de compétences spécialisées pour assurer les meilleurs services aux clients et aux institutions. L’idée du projet est venue suite aux difficultés rencontrées par les spécialistes au cours de la pratique professionnelle, ce qui a poussé les étudiants d’intégrer le travail clinique à l’intelligence artificielle. Le programme aide les spécialistes dans le processus de diagnostic de manière intelligente et facilite le processus de soins pour leurs patients.

La première plateforme numérique qui rassemble les familles d’enfants autistes

Le deuxième projet de soutenance est dénommé « Projet Moundjidoun ». Il a été créé par quatre étudiants en Master, trois d’entre eux sont issus du département de psychologie et orthophonie de l’Université des Sciences Sociales d’Oran 2, spécialisés en psychologie clinique et une étudiante de l’Ecole nationale polytechnique d’Oran, spécialisée dans les systèmes d’information et les réseaux de communication. L’équipe a été dirigée par l’étudiante Benali Lamia, et sous la supervision du professeur Malika Meharzi. Le projet consiste en un site Web complet qui rassemble les familles d’enfants autistes dans une plateforme unique avec des institutions éducatives et des centres médicaux traitant des enfants autistes et des professionnels dans le domaine de l’autisme pour fournir des conseils et des soutiens. Le site vise à fournir des services de rendez-vous avec des médecins et des psychologues et à fournir des consultations médicales et psychologiques périodiques. Le site veille à ce que les enfants soient inscrits dans les centres, les associations et les jardins d’enfants destinées à cette catégorie, ce qui permet aux familles d’accéder plus facilement aux services nécessaires pour s’occuper de leurs enfants et d’obtenir les meilleurs résultats possibles. Le site fournit un soutien psychologique aux familles avec enfants autistes en organisant des journées de sensibilisation, des cours éducatifs et des sessions psychologiques organisées. Il fournit également un soutien éducatif par l’organisation de programmes pédagogiques et éducatifs adaptés à la situation de chaque enfant comme il aide les familles dans la prise en charge de leurs enfants, avec la possibilité d’ajuster le programme aux objectifs souhaités. Pour répondre aux besoins des enfants, le site comprend un magasin de jouets amusant avec des réductions spéciales pour les familles participant au programme. Selon les étudiants porteurs du projet, l’idée de mettre en place ce site provient des difficultés qu’ils ont observées chez les familles des enfants autistes, des défis importants de ne pas en savoir assez sur les troubles autistiques et enfin de ne pas avoir les bons conseils. Ce qui souvent, les amène à se disperser entre différentes institutions et sources, à la recherche d’aide et de soutien dans leur parcours de prise en charge de leurs enfants, sachant aussi que ce processus, draine beaucoup de temps et d’énergie, affectant négativement leur capacité à se rencontrer. La demande est accompagnée par les familles depuis la découverte de la maladie et s’étend à la phase de soins intégrés en coopération avec une équipe de médecins et de psychologues, avec des conseils clairs et spécifiques qui augmentent l’épuisement physique et psychologique des familles, comme ils se trouvent obligés de faire de grands efforts pour rechercher des informations et des services appropriés.

La faculté a acquis de l’expérience en matière d’entreprenariat

Dans le même contexte, la professeure Malika Mehrazi, encadreur des projets, a souligné à Cap Dz , en marge de la soutenance, que la faculté a pu acquérir de l’expérience dans le domaine de l’entreprenariat, « ceci a permis d’inculquer l’esprit entrepreneurial chez les étudiants qui ont pu mettre en évidence leur potentiel et la créativité dont ils sont dotés afin de trouver des solutions dans divers domaines », soutient-elle et de poursuivre, « d’autant plus que le domaine des sciences sociales est un marché fertile pour l’entreprenariat et la mise en place d’entreprises émergentes, car les besoins dans ce domaine sont grands. » Toujours dans le même ordre d’idée, la décision ministérielle a impulsé un changement significatif sur le parcours académique, où le professeur et l’étudiant, en plus du travail académique, se sont engagés dans le domaine entrepreneurial. L’étudiant est devenu plus proche du terrain en raison de son contact avec le monde entrepreneurial et acquiert de l’expérience grâce à cette dualité professeurs-encadreurs, avant même l’obtention du diplôme. Ce qui, sans nul doute, encourage les étudiants universitaires à avoir une culture et un esprit entrepreneurial et à entrer dans le monde de l’innovation et de la créativité qui fournit à l’économie nationale des entreprises émergentes. Ceci a permis également une dynamique de développement économique grâce à laquelle, l’université contribue à la diversité sociale et encourage les étudiants à préparer des mémoires de fin d’études avec des projets innovants dans l’environnement public.